septembre 04, 2017

VERS UN PLUS GRAND ACCÈS À L’INFORMATION BUDGÉTAIRE RELATIVE AU SECTEUR ÉDUCATIF

Écrit par
Une rencontre portant sur l’élaboration d’outils et de méthodes de suivi budgétaire dans le secteur de l’éducation s’est ouverte lundi, à Dakar, à l’initiative de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (COSYDFEP),.
 
Cette rencontre, organisée en partenriat avec la 3D ((démocratie, droits humains et développement local), vise un plus grand accès à l’information budgétaire en partant de l’utilisation de ces outils et méthodes pour la collecte de données dans le secteur de l’éducation, conformément aux orientations du programme "Sunu Budget".
 
De cette manière, la COSYDEP et la 3D disent espérer un enforcement de l’accès à l’information pour le plus grand nombre, notamment sur les questions de transparence financière par rapport aux fonds alloués à l’école.
 
"Pour arriver à une amélioration, il est important qu’il y ait un suivi indépendant et autonome sur ces questions budgétaires profitable à l’Etat avec notamment la formation des coordonnateurs des régions et des relais de la coalition sur le suivi budgétaire", a soutenu le président du conseil d’administration de la COSYDEP, Moussa Mbaye.
 
Selon lui, ce programme vise à renforcer les capacités des relais de la COSYDEP dans les régions, pour que "le contrôle citoyen soit une réalité" dans le secteur de l’éducation en particulier.
 
M. Mbaye a jugé essentielle la question du financement pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) dans le secteur de l’éducation, d’autant que les évaluations montrent que des ’’insuffisances’’ demeurent concernant la qualité et l’accès à une éducation inclusive, sans compter un "problème d’efficience et d’efficacité avec des résultats qui n’arrivent pas à la hauteur des investissements".
 
Aussi des experts ont été mobilisés pour accompagner les relais de la COSYDEP en collaboration avec les commissions de l’Assemblée nationale en charge des questions de l’éducation, pour que les investissements consentis puissent se traduire par la qualité escomptée.
 
Une fois formés, les coordonnateurs régionaux devront travailler avec les acteurs au niveau local pour s’assurer de la réalité et de la traçabilité des dépenses liés à l’éducation et produire des rapports réguliers sur le niveau d’exécution des budgets au niveau local. 
 
"Aujourd’hui, il ya une décentralisation et une déconcentration. Il est important que les acteurs locaux aient les capacités de suivre et de vérifier si les fonds arrivent là où il faut et s’ils sont gérés de façon pertinente", a souligné le chargé e programme de l’ONG 3D, Maleine Amadou Niang.
 
Dans ce programme, l’ONG 3D essaie de fédérer l’ensemble des acteurs, notamment les élus locaux, l’Assemblée nationale et les acteurs de la société civile, a-t-il dit. 
 
"Dans la stratégie globale, c’est un programme qui essaie de voir comment fédérer les différents acteurs pour leur offrir la possibilité de regarder le budget à travers leur angle d’intervention’’, a indiqué M. Niang. 
 
Les régions ciblées dans le cadre de ce suivi sont Tambacounda, Sédhiou, Kolda, Kédougou, sur la base d’une étude sur la situation de l’éducation dans ces régions et du niveau d’engagement de ces collectivités locales sur ces questions.
Lu 57 fois Dernière modification le lundi, 04 septembre 2017 16:45

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.